BLOGUE

Trois raisons expliquant la baisse de désir chez les parents de jeunes enfants

L’arrivée d’un enfant est sans aucun doute un moment merveilleux, mais également crucial dans la vie et la survie d’un couple. Passer de deux à trois vient chambouler bien des repères, entre autres, au niveau de la vie sexuelle. Vous vous demandez alors où sont passés les amants que vous étiez.Le désir a baissé peu à peu, voire même disparu. Comment comprendre la diminution du désir qui est si fréquente chez les parents de jeunes enfants? Je vous présente trois éléments à considérer pour expliquer cette fluctuation du désir.

La fatigue des parents

La fatigue qui vient avec la vie des parents de jeunes enfants est souvent le premier obstacle pour ne pas avoir de relation sexuelle. Cette fatigue, quasi inévitable dans la période de la petite enfance, doit être considérée et normalisée afin d’apprendre à réguler vos attentes face à votre vie sexuelle. Cet état, qui s’améliore généralement avec le temps, devient votre réalité actuelle avec laquelle il importe d’apprendre à composer pour faire tranquillement de la place à une nouvelle intimité de couple, peut-être moins fréquente, mais pouvant certainement être satisfaisante.

La charge mentale

Élément incontournable de ce nouveau quotidien: la fameuse charge mentale. Vous avez maintenant de nouvelles responsabilités et plusieurs éléments organisationnels viennent s’ajouter au quotidien déjà bien rempli. Cette charge mentale entraîne souvent une fatigue mentale et émotionnelle qui vient s’ajouter à la fatigue physique due au manque de sommeil. Elle crée un sentiment de surcharge et donne parfois l’impression d’être sursollicité, que ce soit au niveau familial, professionnel ou du couple.

Ainsi, lorsque le partenaire souhaite avoir des rapprochements sexuels, c’est souvent vécu comme une sollicitation supplémentaire, un autre effort à donner pour quelqu’un d’autre, alors que vous avez déjà si peu de temps pour vous-même. Lorsque nous nous sentons surchargés, il peut devenir difficile de donner. C’est pourquoi les relations sexuelles sont souvent mises de côté, car elles sont perçues comme une dépense d’énergie ou un envahissement plutôt qu’un partage avec l’autre. De plus, une grande charge mentale amène une saturation, faisant en sorte que les pensées sexuelles et l’anticipation positive qui pourraient aider à alimenter le désir n’ont plus de place pour exister.

Par conséquent, il importe de prendre le temps d’évaluer les éléments qui composent notre charge mentale et de voir de quelle façon il est possible de créer de la place pour soi afin d’être plus disponible par la suite pour le couple.

Le surinvestissement affectif

Dès leur naissance, votre amour pour vos enfants occupe une grande part de votre vie affective. Il est fréquent de remarquer un investissement affectif très grand de la part de l’un ou des deux parents au point qu’il n’y a pas ou peu d’espace pour la vie affective du couple. Cet élément peut toutefois avoir un effet négatif sur le désir, car les besoins affectifs (et non sexuels) sont comblés par le ou les enfants. Ainsi, si vous aviez des relations sexuelles dans le but de combler des besoins affectifs plus que sexuels, il est normal que la sexualité du couple passe en second plan, puisque vos besoins affectifs sont maintenant comblés par la famille. Il importe alors de prendre des moments pour se tourner à nouveau vers votre partenaire et lui refaire une place au niveau affectif. De cette façon, tranquillement, les besoins affectifs pourront être à nouveau comblés, en partie, par le partenaire et un réinvestissement de la vie sexuelle pourra éventuellement avoir lieu.

À la lumière de ces trois éléments, vous constaterez que l’espace et le temps pour le couple est restreint pendant la petite enfance et qu’il y a souvent une perte de moments intimes, tant sexuels que relationnels. Considérer cette période comme un moment de vie où la réalité ne sera pas toujours ainsi peut parfois aider à diminuer vos attentes envers le couple et la fréquence des relations sexuelles. Cette diminution des attentes ne signifie pas l’absence d’investissement dans son couple, simplement une diminution de la pression d’être à nouveau les amants que vous étiez. Il importe alors d’apprendre à conjuguer avec cette nouvelle réalité, revoir vos priorités et adapter votre idéal de couple à votre vie familiale. Ainsi, votre niveau de satisfaction n’en sera qu’augmenté!

PARTAGEZ icon1 icon2

Laissez un commentaire.

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

PARTAGEZ icon1 icon2

INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE

Recevez nos offres exclusives.