Accueil » Problématique » Douleur » Endométriose

ENDOMÉTRIOSE

L'endométriose est une maladie gynécologique qui peut-être symptomatique ou asymptomatique. Elle touche 1 à 2 femme sur 10 et est sous-diagnostiquée. L'endomètre tapisse normalement l'intérieur de l'utérus, mais dans l'endométriose, les cellules endométriales se forment à l'extérieur de l'utérus, sur les organes, les ligaments et les tissus avoisinants. Tout comme l'endomètre, les tissus endométriaux hors de l'utérus produisent leurs propres hormones (œstrogènes et progestérone) et donc cela explique que les douleurs peuvent suivre, ou ne pas suivre, le cycle menstruel. Les cellules peuvent se former partout dans la cavité abdomino-pelvienne (ovaires, trompes de Fallope, ligaments utérins, vessie, intestins, etc.), mais aussi ailleurs (poumons, cuisses, etc.) et mener au développement d'adhérences souvent responsables des douleurs. Les douleurs peuvent donc avoir différentes localisations dans l'endométriose.

Adénomyose ou endométriose interne

L'adénomyose est un trouble gynécologique qui s'apparente à l'endométriose et est souvent asymptomatique. L'endométriose interne, un synonyme, se caractérise par la présence de glandes et de tissus endométriaux qui se forment dans le myomètre. Le myomètre est la couche musculaire de l'utérus. Les cellules se retrouvent donc à l'extérieur de la couche de l'endomètre, mais demeure au niveau de l'utérus en lui-même.

 

Diagnostic

L'endométriose se diagnostique par laparoscopie. Il s'agit de la seule façon de diagnostiquer hors de tout doute l'endométriose. L'échographie permet parfois de voir les adhérences ou les kystes reliés à l'endométriose, mais elle ne permet pas d'éliminer l'absence de la maladie si elle est négative. Par sa complexité de diagnostic, l'endométriose prend jusqu'à 7 ans à être diagnostiquée. La persévérance est de mise. Il faut aussi savoir que la sévérité des symptômes n'est pas reliée aux découvertes faites lors des examens, car certaines femmes ont de l'endométriose non symptomatique. Il n'existe donc aucun lien entre l'intensité des douleurs et le nombre de lésions identifiées en laparoscopie. Parfois un petit foyer d'endométriose peut être responsable de beaucoup de symptômes et vice versa.

Symptômes de l'endométriose

L'endométriose est une pathologie chronique complexe. Les femmes qui en souffrent n'ont pas nécessairement les mêmes symptômes. L'intensité, la nature et la fréquence de ceux-ci vont varier.

  • Douleurs au bas ventre (mais peut être ailleurs)
  • Douleurs constantes ou cycliques (suivant ou pas le cycle menstruel)
  • Dyspareunie profonde (douleurs pendant les relations
    sexuelles souvent au niveau du fond vaginal ou du
    bas ventre)
  • Douleurs après une relation sexuelle
  • Dysménorrhée (douleurs durant les menstruations)
  • Saignements utérins irréguliers ou importants
  • Symptômes réduits durant la grossesse, l'allaitement et la ménopause
  • Troubles urinaires: pollakiurie (augmentation de la fréquence urinaire) ou syndrome de la vessie douloureuse
  • Troubles digestifs: constipation ou syndrome du colon irritable souvent associé
  • Infertilité (40% des femmes)
  • Fatigue

Facteurs de risque

L'endométriose est une maladie complexe multifactorielle. Elle se développe en présence de facteurs hormonaux, environnementaux et génétiques. Aucune étude ne semble démontrer quelles sont ses causes exactes. Voici quelques facteurs de risque possibles:

  • Âge (20-40 ans)
  • Génétique
  • Nulligeste (femme qui n'a jamais été enceinte)
  • Désordres hormonaux
  • Environnement et alimentation
  • Malformations utérines
  • Menstruations débutées à un jeune âge
  • Cycle menstruel court
  • Hypersensibilité générale
  • Antécédents de chirurgies pelviennes
  • Faible IMC ou IMC élevé

 

Solutions pour l'endométriose

Seule l'excision des adhérences par un chirurgien d'expérience semble prometteuse comme solution permanente. Autrement, les solutions visent le soulagement et le contrôle des symptômes.

  • Rééducation périnéale
  • Sexologie et psychologie
  • Nutrition
  • Autres thérapies: ostéopathie, acupuncture, massothérapie, etc.
  • Yoga et méditation pleine conscience
  • Programme d'auto-gestion: étirements/ respiration/ détente
  • Éviter la sédentarité
  • Groupe de soutien
  • Appareil TENS
  • Médication pour traiter la douleur chronique
  • Traitements hormonaux
  • Chirurgie pour l'excision des adhérences et des foyers d'endométriose par un chirurgien expérimenté

 

BLOGUE

Consultez notre blogue pour en apprendre davantage sur votre santé abdomino-pelvienne.

Son contenu est accessible à tous!

28 Avr 2022

Petit guide pour préparer sa valise pour l’accouchement

20 Avr 2022

Pelvi Story – Paroles d’une maman en fin de grossesse

31 Mar 2022

Les toxi-infections alimentaires durant la grossesse

24 Mar 2022

Survivre aux douleurs pelviennes durant la grossesse

INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE

Recevez nos offres exclusives.