DOULEURS VULVO-VAGINALES

Les douleurs vulvo-vaginales sont fréquentes chez les femmes. Plus de 20% d'entre elles souffrent de douleurs aux relations sexuelles... 1 femme sur 5! Les femmes qui en souffrent sont de tous âges (adolescentes, mamans, adultes, femmes ménopausées ou âgées). Les douleurs aux organes génitaux peuvent se manifester de différentes façons en fonction de la localisation des douleurs, du moment d'apparition des douleurs et de l'élément déclencheur. De façon générale, les douleurs peuvent s'expliquer par une cause médicale identifiable: infections vaginales, lichen, infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS), cicatrices suite à un traumatisme (accouchement, abus sexuels), post-radiothérapie, déficiences hormonales, etc. Dans certains cas, par contre, les symptômes de douleurs vulvo-vaginales persistent au delà de 3 mois sans cause médicale identifiée. Dans ce cas, d'autres facteurs peuvent être à considérer: le diagnostic de syndrome d'hypersensibilité (syndrome de la vessie douloureuse, syndrome du colon irritable, fibromyalgie), l'aspect génétique et le profil psychologique (anxiété, dépression, pauvre éducation sexuelle).

Vulvodynie

La vulvodynie est le terme général pour définir les douleurs au niveau des organes génitaux. Elle peut être généralisée (douleur plus étendue au niveau vulvo-vaginal) ou localisée (vestibulodynie, clitoridynie). La vulvodynie peut être provoquée (douleur apparaît suite à une provocation, comme la pénétration, l'insertion d'un tampon, le frottement des sous-vêtements, etc.), non provoquée (douleur apparaît de façon spontanée) ou mixte (douleur provoquée, mais aussi spontanée).

Vestibulodynie

Anciennement appelée vestibulite, la vestibulodynie décrit une douleur ressentie à l'entrée vaginale, qui se nomme le vestibule. La femme rapporte très souvent des douleurs au vestibule lors des relations sexuelles. La vestibulodynie est une vulvodynie localisée. Elle peut être elle aussi provoquée, spontanée ou mixte. La vestibulodynie provoquée est dite primaire si elle est présente depuis le premier contact (relations sexuelles, tampon, etc.) et secondaire si elle a été développée par la suite. La vestibulodynie provoquée est la forme de vulvodynie la plus fréquente: environ 10 à 30% des femmes en souffrent au cours de leur vie. 

Clitoridynie

La clitoridynie est une douleur ressentie au niveau du clitoris. C'est aussi une vulvodynie localisée. La douleur au clitoris est moins fréquente que la douleur au vestibule.

Vaginisme

Le vaginisme est définit comme un spasme douloureux au niveau des muscles du plancher pelvien. Il empêche ou rend très difficile la pénétration par voie vaginale (relations sexuelles, tampon, examen gynécologique avec spéculum, etc.). Le vaginisme est primaire (depuis la première tentative de pénétration) ou secondaire (acquis plus tard dans la vie) selon le moment où il s'est développé. Il peut y avoir un traumatisme (abus physiques ou sexuels, conflit psychologique, stress important, etc.) dans le présent ou le passé qui explique la présence du spasme, tout comme il peut être présent sans élément déclencheur. La femme vaginique est souvent anxieuse, a une faible connaissance de son corps et de sa sexualité ou est craintive par rapport aux relations sexuelles. Elle ressent aussi beaucoup de culpabilité.

Douleur pelvienne chronique

Aussi incapacitante que les douleurs lombaires chroniques, les douleurs pelviennes chroniques affectent 15% de la population générale. Elles englobent les douleurs du bassin, du périnée et du vagin qui persistent depuis 3 mois et plus. Elles sont souvent incapacitante et ne causent pas nécessairement de douleurs lors des relations sexuelles.

Dyspareunie

Il s'agit du terme scientifique pour dire qu'il y a présence de douleurs vaginales lors des relations sexuelles. Elle sera dite superficielle ou profonde en fonction de la localisation des douleurs.

Conditions dermatologiques

Plusieurs conditions dermatologiques peuvent survenir au niveau de la région périnéale et être responsables de douleurs ou de démangeaisons. Le lichen simplex est une forme d'eczéma périnéal. Il se manifeste par des démangeaisons à prédominance nocturne, une peau sèche et des érosions ou fissures longitudinales rougeâtres. Le lichen scléreux et le lichen plan sont des affections auto-immunes qui doivent être suivies par un gynécologue. Les lichens peuvent se manifester selon les signes et symptômes suivants: démangeaisons, apparition de taches ou plaques blanchâtres ou même rougeâtres, pâleur des tissus vulvaires, diminution de la taille des petites lèvres ou encapuchonnement du clitoris. Le lichen scléreux demeure périnéal, alors que le lichen plan s'attaque aussi à la région vaginale et peut toucher le reste du corps. Si des changements ou des anomalies sont notés au niveau de votre vulve, il faut consulter un médecin. Certains tests pourraient être indiqués.

Déficiences hormonales

La femme en péri-ménopause et la femme qui allaite se retrouvent avec une déplétion d'œstrogènes, ce qui rend la femme plus à risque de souffrir de douleurs vulvo-vaginales. C'est à considérer dans les douleurs vulvo-vaginales.

Diagnostic

Le diagnostic des douleurs vulvo-vaginales se fait par un examen clinique. Dans certains cas, lorsqu'une condition dermatologique est suspectée, une biopsie permet de confirmer le diagnostic. Évidemment, il faut éliminer la présence d'infections vaginales (à levures ou bactérienne), d'ITSS ou de fissures vaginales.

Causes possibles des douleurs vulvo-vaginales

  • Inflammatoire/ infectieuse
  • Génétique
  • Désordres hormonaux (ménopause, allaitement, contraception hormonale)
  • Hypersensibilité vulvo-vaginale ou générale
  • Facteurs psychologiques: anxiété, abus
  • Tensions ou hypertonie des muscles du plancher pelvien
  • Chirurgies abdomino-pelviennes
  • Post-radiothérapie pour les cancers uro-gynécologiques

Solutions pour les douleurs vulvo-vaginales

Peu importe le traitement fait, il est souvent nécessaire, voire essentiel, de veiller au relâchement des muscles du plancher pelvien. Selon l'International Pelvic Pain Society, la physiothérapie multimodale est considérée comme un des traitements de première ligne les plus efficaces.

  • Rééducation périnéale
  • Exercices graduels avec dilatateurs vaginaux
  • Sexologie ou psychologie
  • Autres thérapies: ostéopathie, acupuncture, nutrition, etc.
  • Améliorer les habitudes d'hygiène vulvo-vaginale
  • Éviter la sédentarité
  • Usage d'un lubrifiant personnel de qualité
  • Méditation pleine conscience
  • Yoga
  • Envisager l'arrêt de la pilule contraceptive (à discuter avec le médecin)
  • Médication topique: lidocaïne/ xylocaïne (protocole au coucher ou avant les relations sexuelles), crème de cortisone, crème hormonale (œstrogènes, testostérone)
  • Médication en prévention pour les infections vaginales à bactéries ou à levures (seulement si infections récurrentes diagnostiquées par cultures vaginales)
  • Médication orale pour la gestion de la douleur chronique
  • Vestibulectomie (chirurgie locale de dernier recours pour la vestibulodynie seulement)

NOTRE PROGRAMME POUR LES DOULEURS VULVO-VAGINALES

PROGRAMME

Si vous souffrez de douleurs vulvo-vaginales et/ou de douleurs durant les relations sexuelles, ce programme est pour vous! Il vous permettra de connaître l'anatomie pelvi-périnéale…

En savoir plus

BLOGUE

Consultez notre blogue pour en apprendre davantage sur votre santé abdomino-pelvienne.

Son contenu est accessible à tous!

21 Août 2019

Le secret de la position et technique de défécation

21 Août 2019

Choisir son lubrifiant personnel

21 Août 2019

#incontinence

14 Août 2019

Douleurs vulvo-vaginales après l’accouchement

INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE

Recevez nos offres exclusives.