BLOGUE

«POP»: le prolapsus pelvien

Le prolapsus pelvien est une pathologie fréquente qui touche 1 femme sur 3. Ce billet fournira de l'information sur cette problématique qui peut être angoissante, surtout si l'organe en question a décidé de partir en cavale à l'extérieur du vagin. Les femmes qui voient une boule sortir de leur vagin pensent au pire et craignent un cancer. Le prolapsus n'est pas relié au cancer, il s'agit simplement d'une perte de support des structures de soutien de la région pelvienne.

Par définition, un prolapsus pelvien, c'est le défaut des tissus de support qui ne soutiennent plus convenablement la vessie, l'urètre, l’utérus, les intestins et le rectum. Une hernie est alors créée et l'organe descend dans l'espace vaginal ou ano-rectal.

De nombreux facteurs de risque pour les prolapsus

Les grossesses, les accouchements et la constipation chronique sont les facteurs de risque principaux. Le vieillissement, l'influence hormonale, la génétique, la toux chronique, l'obésité, le soulèvement répété de charges et les conditions affaiblissant les tissus conjonctifs sont aussi à considérer. En réalité, tout ce qui crée une augmentation exagérée de la pression intra-abdominale peut mener au développement d'un prolapsus pelvien.

Des symptômes variés

Le prolapsus pelvien provoque des symptômes variés comme une lourdeur au périnée, une pression sus-pubienne, un inconfort dans la région lombaire, une sensation de corps étranger à l'entrejambes, une impression ou réellement quelque chose qui sort du vagin... Il est toutefois recommandé d'obtenir un avis médical si vous ressentez ces différents symptômes, car ceux-ci ne sont pas spécifiques au prolapsus.

Aussi, la descente de la vessie entraîne une difficulté à la miction, une sensation de vidange incomplète après avoir uriné et une possibilité d'incontinence urinaire. Par contre, les pertes urinaires ne sont pas un symptôme spécifique de la descente d'organe. Le prolapsus utérin peut rendre les relations sexuelles inconfortables, voire douloureuses, étant donné que le col, une structure sensible, se retrouve en position plus basse. Finalement, la descente du rectum provoque, évidemment, des difficultés de défécation.

Solutions pour les prolapsus pelviens

La rééducation périnéale devrait faire partie du traitement initial des différents prolapsus. Les objectifs sont de rééduquer les muscles du plancher pelvien, d'enseigner la position et la technique de défécation, d'améliorer la posture, d'optimiser le patron respiratoire et d'identifier les activités à modifier pour ne pas aggraver la descente. C'est un must!

Le pessaire est une solution pratique si la lourdeur au périnée demeure malgré la rééducation périnéale ou que la descente de l'organe commence à s'extérioriser. Le pessaire est, en réalité, une prothèse vaginale faite de silicone qui sert à soutenir les organes. Il peut être mis tous les jours ou lors d'activités spécifiques seulement. Son usage dépend des symptômes et de la sévérité du prolapsus. À noter que le pessaire est sous prescription médicale.

Finalement, la cure de prolapsus, un acte chirurgical, doit être encouragée lorsque l'organe sort du vagin ou de l'anus (grade 3 ou 4). Il est dorénavant conseillé de favoriser la rééducation périnéale et l'utilisation d'un pessaire avant d'avoir recours à la chirurgie. L'exécution d'un programme de renforcement fonctionnel des muscles du plancher pelvien et l'amélioration des habitudes de la vie quotidienne sont aussi essentiels pour assurer un succès thérapeutique post-chirurgical.

La descente d'organe n'a maintenant plus de secret pour vous!

PARTAGEZ icon1 icon2

Laissez un commentaire.

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

PARTAGEZ icon1 icon2

INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE

Recevez nos offres exclusives.