BLOGUE

La constipation chez la femme enceinte

Ahhhh la fameuse constipation… La santé intestinale peut être un sujet tabou, mais au contraire, on devrait pouvoir en parler durant la grossesse, comme on parle de notre ventre qui grossit ou du bébé qui bouge. Vous n’êtes pas seules à avoir cette problématique, croyez-moi!

Plusieurs facteurs font en sorte que le transit intestinal ralentit chez la femme enceinte :

  • La progestérone permet aux différents tissus de se relâcher, principalement pour permettre la croissance du fœtus, mais cela a pour effet secondaire de ralentir la motilité du gros intestin
  • Au fil de la grossesse, certaines femmes vont réduire leurs activités physiques (incontinence, douleurs, etc.), ce qui réduit le péristaltisme intestinal
  • Plus la grossesse avance, plus l’intestin est comprimé par l’utérus, ce qui peut rendre la motilité de ce dernier encore plus lente
  • Les multivitamines prises pendant la grossesse contiennent du fer, ce qui peut aussi engendrer de la constipation

En connaissant les causes, on peut tenter de prévenir la constipation en jouant sur les facteurs qui sont contrôlables, l'activité physique et l'alimentation. Alors, demeurez actives Mesdames: c’est bon pour le bébé et c’est bon pour votre santé autant physique que mentale.

Qu’en est-il de l’alimentation?

Vous me direz que c’est difficile de manger ce qu’on devrait manger pendant la grossesse, car avec les nausées et parfois les vomissements, on essaie seulement de manger ce qui « passe » le mieux. Il faut s’écouter, c’est certain, mais quelques petits trucs vont vous aider à éviter, ou au moins réduire, l’inconfort relié à la constipation. Parce qu’on va se le dire, être enceinte ET constipée, c’est loin d’être confortable.

1- Buvez beaucoup d’eau

Buvez beaucoup d'eau même si vous avez souvent envie d’aller uriner et même si vous vous sentez enflées. Gardez près de vous une bouteille d’eau. Si vous aimez l’eau froide, assurez-vous d’y mettre des glaçons ou de la transporter dans une bouteille qui conserve la température longtemps. Si vous trouvez que l’eau est plate, ajoutez-y des fruits surgelés, de la menthe, des agrumes, des concombres ou pourquoi pas en faire une eau pétillante? On vise environ 2 L d’eau par jour.

2- Continuez de manger des fibres

On favorise les fibres insolubles qui permettent de former les selles (céréales et son de blé, grains entiers, noix et graines, légumineuses, pomme, poire, fruits séchés, brocoli, chou de Bruxelles, pomme de terre avec peau). Attention, si votre consommation de fibres est moindre habituellement, augmentez graduellement celle-ci pour éviter les gaz et les ballonnements. N’oubliez pas que la consommation d'eau demeure primordiale pour assurer l'efficacité des fibres et ne pas créer un « bouchon ».

3- Consommez 2-3 pruneaux par jour

Les pruneaux contiennent une substance (dihydroxyphénylisatine) qui aide au péristaltisme de l'intestin, soit les contractions musculaires du système digestif.

4- Prenez des probiotiques

Finalement, les probiotiques peuvent également être bénéfiques, mais il n’y a pas d’indication précise sur le moment de la prise et la durée.

Donc, soyez régulières dans votre consommation de fruits, de légumes, de grains entiers et d'eau, continuez d’être actives physiquement et tentez de maintenir une routine. La majorité des personnes vont d’emblée aux toilettes après le déjeuner. Ce serait donc une bonne idée de vous asseoir sur la toilette quelques minutes après le déjeuner, même si rien ne sort, afin d’habituer et d’éduquer votre corps à aller à la selle. Il est aussi très important d'avoir une bonne posture de défécation et une bonne technique de poussée. Et surtout, tentez le moins possible de retenir l'envie d'aller à la selle lorsqu’elle vous prend!

Si le problème perdure, parlez-en à votre médecin ou à votre nutritionniste.

PARTAGEZ icon1 icon2

Laissez un commentaire.

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

PARTAGEZ icon1 icon2

INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE

Recevez nos offres exclusives.