BLOGUE

Comment et pourquoi faire un plan de naissance

Vous avez probablement commencé à vous informer et à lire dans le but de vous préparer à votre accouchement. Vous avez donc probablement entendu parler du plan de naissance, ce document dans lequel vous pouvez communiquer vos désirs pour l’accouchement. Le plan de naissance est très pertinent pour ouvrir la communication avec votre médecin, votre infirmière et même, votre partenaire. Mais il est important que le plan de naissance n’amène pas un sentiment d’échec lorsque l’accouchement ne se déroule pas comme prévu…

 

Pourquoi faire votre plan de préparation à l’accouchement

Personnellement, je vous propose de faire un plan de préparation à l’accouchement plutôt qu’un traditionnel plan de naissance. Parce qu’en fait, ce que vous souhaitez probablement, c’est vous préparer à accoucher, réduire votre niveau de stress à la simple pensée de l’accouchement, apprendre à lâcher prise (un peu ou beaucoup, selon) et faciliter la communication avec votre partenaire ainsi que tous les intervenants présents lors de la naissance. Ce plan de préparation est donc plus complet qu’un simple plan de naissance! Je vous conseille donc de faire votre plan de préparation à l’accouchement pour plusieurs raisons:

  • pour vous sentir plus en confiance, pour être préparée
  • pour vous aider à produire les hormones nécessaires à l’accouchement et au soulagement de la douleur
  • pour obtenir l’équilibre entre le contrôle et le lâcher prise
  • pour avoir un objectif réaliste face à votre accouchement et donc, aucun regret par la suite
  • pour impliquer votre partenaire et lui faire confiance
  • pour faire de cette journée, un souvenir merveilleux, peu importe la manière dont la naissance se passe finalement

Lors d’un accouchement, beaucoup de choses sont dirigées par le bébé, alors il est important d’être préparé pour influencer la portion que nous pouvons contrôler. L’accouchement se produit et est contrôlé par un mélange précis et complexe d’hormones (oui oui, encore les fameuses hormones)! Celles-ci sont en partie contrôlées par notre cerveau. Donc à l’inverse, si nous contrôlons notre mental, notre acceptation, notre lâcher prise et notre sentiment de sécurité, nous aurons un meilleur contrôle sur la sécrétion des hormones.

 

Comment faire votre plan de préparation à l’accouchement

#1: Choisir votre lieu d’accouchement

Comparez, posez des questions, ne vous fiez pas à vos préjugés. Chaque lieu apporte des avantages et des inconvénients. Prenez le temps d’en discuter avec votre partenaire. Et respectez votre choix. Vous devez avoir confiance en votre milieu d’accouchement pour pouvoir vous concentrer sur vous-même. Vous pouvez aller vers une Maison de naissances ou obtenir un support continu et personnalisé à l’hôpital en ayant recours au service d’une accompagnante à la naissance (doula). Vous obtiendrez un merveilleux support de cette façon.

 

#2: S’informer

Plus vous en savez sur l’accouchement, plus vous serez prête! Et votre partenaire aussi. Trouvez des moyens de vous informer qui vous conviennent: cours prénataux privés ou en groupe, ateliers en ligne, lectures, etc. En étant bien informée, vous comprendrez mieux ce que vous vivez le jour de l’accouchement. Vous poserez de meilleures questions et ferez de meilleurs choix, des choix informés. En comprenant mieux ce qui se passe, vous serez moins stressée et moins paniquée lorsqu’un imprévu surviendra. Car il y en aura probablement…

 

#3: Éliminer les mauvaises conceptions

Vos seules images d’accouchements proviennent de films ou d’émissions où habituellement la femme crie de tout son âme dans un chao frénétique? Il faut absolument changer votre vision, car il est possible que cela ne passe pas du tout comme dans les films. Heureusement! Vous pouvez regarder des vidéos plus représentatives de la réalité si le cœur vous en dit, mais surtout, demandez à une femme de vous partager son expérience positive, sa douce réalité. Libérez-vous des mauvaises histoires d’accouchement de votre mère ou de votre grand-mère. Écoutez plutôt les belles histoires de votre entourage, celles qui vous feront rêver à votre accouchement. Demandez des conseils à ces femmes, ce qui les a aidées à rester en contrôle. Visualisez les différentes étapes de l’accouchement peut parfois aider également.

 

#4: Poser des questions

S’il vous plait, posez des questions à votre médecin ou votre sage-femme! Oui, toutes les questions sont bonnes. N’hésitez pas. On se stationne où? On amène quoi? Qui peut m’accompagner? Qu’est-ce que vous offrez? Est-ce que quelqu’un est avec nous tout le temps? Quand est-ce que je verrai le médecin? Vous serez parfois surprise par les réponses, mais vaut mieux être surprise avant que pendant l’accouchement! Et pendant l’accouchement, permettez-vous de poser des questions, pas pour nécessairement remettre en question les actions prises, mais pour mieux les comprendre. Comprendre permet de ne pas (de moins) paniquer et de demeurer rassurée… Donc en contrôle!

 

#5: Faire une liste des moyens pour gérer votre douleur

Tous les moyens et trucs sont bons pour réduire la douleur durant l’accouchement: respirations profondes, positions variées, suspensions à l’aide d’écharpe, massages, points d’acupression, bain chaud ou douche, usage de la chaleur ou du froid, visualisation, gestes, proximité du partenaire ou d’une personne de confiance, images, odeurs, musique, ambiance, etc. Pensez-y à l’avance! C’est une belle façon d’impliquer le partenaire (par exemple: faites-lui préparer la playlist de naissance). Tentez de créer une ambiance douce et relaxante. Pensez aussi aux méthodes médicales de gestion de la douleur que vous seriez prête à envisager, mais aussi que vous ne voulez pas obtenir (dans un monde idéal).

 

#6: Soyez prête mentalement

Essayez de trouver l’équilibre entre le contrôle et le lâcher prise. Tout un art! Préparez tout ce que vous pouvez préparer avant: la chambre du bébé, la valise, votre corps (entre autres, via l’assouplissement du plancher pelvien), votre mental et vos pensées, vos connaissances, votre partenaire… Et lâchez prise sur presque tout le reste!

 

Vous pouvez considérer l’accouchement comme un marathon. Cela vous permettra de facilement comprendre qu’il est préférable d’arriver préparer pour que les choses se passent le mieux possible! Et si l’accouchement ne passe pas comme prévu, votre préparation vous permettra de mieux faire face aux changements, en comprenant sans paniquer et sans avoir de regret.

Soyez prête! C’est la plus belle (et intense) journée de votre vie qui arrive sous peu!

 

PARTAGEZ icon1 icon2

Laissez un commentaire.

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

PARTAGEZ icon1 icon2

INSCRIVEZ-VOUS À L’INFOLETTRE

Recevez nos offres exclusives.